7 septembre 2012, le propriétaire d’une boutique, ” le petit savoyard “, située à Prapoutel (Isère) étant en état de maladie se fait remplacer par son cousin (autoentrepreneur) pour ne pas fermer boutique …

Et c’est là que nos fins limiers de l’URSSAF interviennent. Lors d’une descente, il estiment que ce cas relève du travail dissimulé …Et décident d’un redressement de 4 352 euros. Ca rvient cher la journée d’absence….

Notre autoentrepreneur eut beau expliquer qu’il agissait en tant que travailleur indépendant, qu’il payait des cotisations, qu’il avait facturé son travail, rien n’y fit …

La Cour d’appel de Grenoble suit la décision de l’URSSAF en se fondant notamment sur les contraintes liées aux horaires d’ouverture et de fermeture du magasin….(Grenoble Ch. Sociale -Section B  20 septembre 2018 RG n° 16/04142)

Partager
Article précédentLa chère incompétence des URSSAF
Article suivantJean Terlier, un député fantôme ?
Cercle Lafay
Le Cercle Lafay (du nom de Bernard Lafay, député qui avait proposé en 1952 la généralisation des URSSAF) regroupe des spécialistes qui s’intéressent à cette institution et en dénoncent les excès.

Laisser un commentaire

Rédigez votre commentaire
Indiquez votre nom