Jean Kircher, PDG de Pain et Tradition, pousse un coup de gueule dans un article intitulé : “moi, petit patron, méprisé des bien-pensants et exploité par l’État” (https://www.contrepoints.org/2019/10/11/355498-temoignage-moi-petit-patron-meprise-des-bien-pensants-et-exploite-par-letat). Il décrit son « sacerdoce » de chef d’entreprise luxembourgeois implanté également en France. Il indique que récemment il a eu droit à une descente coordonnée entre les services sociaux luxembourgeois et français concernant un soupçon de détachement de travailleurs avec deux inspecteurs au Luxembourg, huit inspecteurs en France, dont trois pour surveiller les abords de l’entreprise ! Quant aux contrôles depuis 10 ans :  3 contrôles Urssaf, 2 de l’Inspection du travail, 3 du fisc ….Et d’ajouter :  « Nous sommes littéralement terrorisés et vivons dans la peur d’une descente de la Gestapo française… ». A propos, que pensent de ces déclarations les représentants des entreprises au sein des URSSAF… ?

Partager
Article précédent“J’ai voulu faire aimer l’URSSAF”
Article suivantCommission amiable : un formalisme minimal
Cercle Lafay
Le Cercle Lafay (du nom de Bernard Lafay, député qui avait proposé en 1952 la généralisation des URSSAF) regroupe des spécialistes qui s’intéressent à cette institution et en dénoncent les excès.

Laisser un commentaire