Dès lors que les chefs de redressement visés par une URSSAF dans une lettre d’observations font suite à un constat de travail dissimulé par les services de gendarmerie et que ledit courrier n’est pas signé par le directeur de l’organisme, le redressement opéré doit être annulé (Tribunal des Affaires de sécurité sociale de l’Indre. 9 novembre 2018. Sté La Grande Muraille c/ URSSAF Centre Val de Loire. Dossiers 23491 et 23544)

Partager
Article précédentPrécontentieux : le calcul des 30 jours
Article suivantLe nécessaire formalisme de la mise en demeure
Cercle Lafay
Le Cercle Lafay (du nom de Bernard Lafay, député qui avait proposé en 1952 la généralisation des URSSAF) regroupe des spécialistes qui s’intéressent à cette institution et en dénoncent les excès.

Laisser un commentaire